Les mécanismes inconscients

Cette section propose une brève analyse des messages inconscients véhiculés par les nouvelles.

Attention! Si vous n'avez pas encore lu les histoires, vous en connaitrez le dénouement en lisant les lignes qui suivent.

 

"Quelques heures à tuer"

Cette nouvelle semble vouloir dire avant tout que les addictions peuvent tuer. Peu importe que cela soit l'alcoolisme de Knokke-le-Zout ou la passion du jeu d'Harold, tout ce qui est addictif finira par vous dévorer à un moment ou à un autre... Enfin, tel semble être le message inconscient que j'ai voulu faire passer à travers cette petite histoire de zombies.

Knokke-le-Zout fait un voeu à chaque fois qu'il lance une canette dans la poubelle. Il semblerait bien que son souhait de trouver une femme avant la fin de la nuit soit exhaussé! Il semblerait également que son souhait que "tout ceci ne soit qu'un rêve" ne puisse en revanche pas être accordé! Normal, il a raté son tir! Faut pas déconner!

 

"Terres Perdues"

Il y a plusieurs messages que véhicule cette nouvelle, tout comme il semble y avoir plusieurs niveaux de lecture.

"Terres Perdues" raconte l'histoire d'une jeune fille qui sort à peine de l'adolescence et qui idéalise l'amour qu'elle porte à son petit copain. Mais on peut dire qu'elle idéalise tout simplement l'amour et la vie, d'une manière générale. Vous vous en souvenez tous, l'adolescence est cette période de votre vie où votre corps se transforme et où vos certitudes vacillent. Transformation qui ne se fait pas sans douleur la plupart du temps. Je voulais axer mon histoire autour d'une jeune fille qui sort de l'enfance, à ce moment où elle est est encore pleine de croyances. Lou Anne incarne donc cet équilibre entre force et fragilité qui caractérise bien ce moment. Les événements auxquelles elle est confrontée la pousse à changer son regard et à grandir. Cette nouvelle est pour moi, la métaphore du passage à l'âge adulte.

Il y a aussi le rapport au père qui est très présent tout au long du récit et qui montre toute l'ambiguïté des sentiments d'un homme pour sa fille. Dans l'histoire, le père de Lou Anne semble avoir des difficultés relationnelles avec Kévin. Pourtant, comme le suggère l'histoire, un homme est obligé de "passer le relais" à un autre homme s'il veut que sa fille devienne une femme. C'est le père qui crée l'enfant (avec la mère) mais c'est le compagnon ou la compagne qui le transforme en homme ou en femme car le père ne peut à lui seul opérer cette transformation. Il y a besoin de l'intervention d'un autre, extérieur à la famille pour que cette transformation se fasse. Mais tout cela n'est pas aussi simple dans la tête d'un père! Cette métamorphose ne se fait pas sans douleur.

Et que penser du père absent de Kévin? Un homme sans père ou sans mère peut-il se construire, se "transformer" ? Oui, indubitablement s'il trouve dans son entourage un substitut affectif, un tuteur de résilience, comme le nomme Boris Cyrulnik. Et l'un de ces tuteurs peut être les attentes et les croyances d'une société qui se manifestent à travers les représentations qu'elle va modeler. Ces représentations sur "ce qu'est être un homme, un vrai" sont pour Kévin portées par les attentes et les croyances de sa mère ainsi que par "celles véhiculées par les téléfilms américains que les chaines du câbles diffusent en boucle en début d'après-midi".

La jalousie et les fantasmes qu'entretient Lou Anne à propos de Coline parlent de cette force obscure qui agit en nous. Lou Anne est blonde et plutôt sympathique, rêveuse sous certains aspects mais la tête sur les épaules pour d'autres. Coline est son négatif. Elle est brune, semble stupide et tournée essentiellement vers l'apparence. Mais ces deux personnages ne forment en fait qu'un seul: Lou Anne. Cette métaphore pour dire qu'en nous, il y a quelque chose qui veut notre bonheur, mais qui parfois, semble vouloir notre malheur malgré nous. Et parfois, nous pouvons accuser les autres des malheurs qui nous arrivent mais qui pourtant, n'appartiennent qu'à nous. La nouvelle traite donc de ça. (Vous noterez au passage comme le fantasme de Lou Anne se réalise. La "Colline" lui prend effectivement son amoureux!).

Enfin, une de mes lectrices semble avoir compris d'entrée le message inconscient de l'histoire. Bien que la fin de la nouvelle soit un tantinet ambigüe, il était pour moi clair que Kévin disparaissait, dans le sens "mourir" du terme. Comment? ça je ne le sais même pas moi-même et je laisse à chacun le soin d'imaginer ce qu'il veut, je laisse plusieurs indices au cours du récit. Pourtant cette lectrice a compris que Kévin s'était tout simplement enfuit. Il quittait Lou Anne pour la laisser en plan au milieu des Monts d'Arrée! Ce n'est pas ce que j'avais en tête au moment d'écrire l'histoire mais il faut admettre que c'est pourtant bien cela que ça signifie au niveau inconscient et métaphorique. Chapeau à elle donc!

 

"Virus"

Une simple petite histoire qui montre une réaction en chaine, ou comment de petites choses peuvent produire de grands effets. Je me suis inspiré du fameux "'effet papillon". Le thème central est la fin de l'Humanité comme conséquences des agissements de l'Homme. Rien de bien nouveau sous le soleil... Ici, l'anéantissement de la race humaine n'est pas provoquée par des savants fous mais plutôt par "Monsieur-Tout-Le-Monde".

L'autre message est que les réseaux sociaux ou "de partage" peuvent provoquer beaucoup de dégats. Rien de bien neuf là non-plus...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×