I WIsh

I Wish

Wish upon moviestill03

Je dois dire que c'est toujours avec une certaine émotion que j'entre dans une salle obscure pour regarder le nouveau film d'épouvante que propose mon cinéma préféré. Je ne sais pas si cela vous fait ça, mais il y a toujours ce moment où je ressens quelques papillons dans le ventre, en particulier lorsque la salle se plonge soudain dans l'obscurité et que le générique retentit.

Je me suis donc rendu à la séance de cette après midi afin de voir le film "I Wish" de John Leonetti (Annabelle). Oh oui je sais, ça peut vous paraitre bizarre d'aller passer un dimanche de juillet enfermé dans une salle de cinéma, mais le temps ne m'inspirait guère à m'aventurer dans un parc. Vous auriez également pu me dire que les quelques critiques que j'avais pu glaner çà et là sur le film auraient également dû me dissuader de payer les 10 euros d'entrée. Et vous auriez eu entièrement raison. Lorsque Leonetti avait sorti son fameux "Annabelle", les critiques désastreuses du film avaient réussi à m'en éloigner. Mais là, je ne sais pas, quelque chose me disait qu'il fallait que j'aille voir ce film.

Première surprise: le film est en français! Depuis que je suis sur Paris je m'étais habitué (résigné) a voir mes films préférés en VOST dans quelques salles osant encore diffuser ce genre cinématographique sans craindre les hordes de débiles en tout poils venus juste pour saccager la séance des autres spectateurs. Ceci dit, j'apprécie maintenant énormément de voir les films en version originale, comme si ça leur apportait plus de rondeur... Enfin bref, revenons à nos moutons.

Le synopsis du film est tout ce qu'il y a de plus classique: Claire Shannon (Joey King), une adolescente, pas vraiment épanouie, trouve une boite à musique qui a le pouvoir extraordinaire d'exaucer 7 voeux. Le hic, c'est qu'à chaque voeu exaucé, une personne de son entourage meurt de manière atroce.

I wish faites un voeu le film le plus terrifiant de lete 2017 grande

Nous sommes là dans un banal teen movie, respectant tous les codes du genre: une jeune fille qui a la loose, un peu à la façon d'une Carrie dans le film éponyme de 1976 mais en un peu moins misérable quand même. Une succession de décès plus ou moins spectaculaires (plutôt moins que plus d'ailleurs) qui n'est pas sans rappeler les "Destination Finale". Des jolies "méchantes" et des moins beaux "gentils".

Tout cela me fait penser aux joyeux slahers qui sévissaient à l'époque où j'avais l'âge des acteurs de ce film: Freddy, Jason, Souviens-toi l'été dernier, Urban Legend, etc. Comme dirait ma mère: "on n'invente rien"!

Après quelques minutes de mise en place des personnage visant à nous faire comprendre que l'héroïne est 1- gentille et 2- malmenée par un groupe de lycéens énervants, la charmante Claire reçoit donc une boite à musique chinoise que son père a trouvé en fouillant dans les poubelles du quartier. Ah oui je ne vous ai pas dit mais Claire vit chichement dans une vieille maison avec son père et son chien depuis que sa mère s'est pendue lorsqu'elle avait 5-6 ans.

Bref, Claire, qui suit des cours de chinois au lycée, comprend qu'il s'agit en fait d'une boite à voeux. Les inscriptions lui promettent de réaliser 7 de ses voeux. Qu'à cela ne tienne, elle demande aussitôt à ce que son ennemie jurée "pourrissent de l'intérieur", comme ça, juste pour voir. Et c'est exactement ce qu'il se passe dans les heures qui suivent. Le lendemain, Claire retrouve son chien mort, à moitié dévoré par les rats, sous le sous-sol de leur maison. Bizarre bizarre...

Les amateurs du genre que nous sommes avons déjà compris la mécanique du film.

Pourtant, les voeux s'enchainent: Avoir de l'argent, que le bellâtre du lycée soit fou amoureux d'elle, être "populaire", etc. jusqu'à ce qu'elle comprenne, au bout du quatrième voeu, que chacune de ses demandes est automatiquement suivit du décès d'une personne proche. On notera l'apparition de Sherilyn Fenn (la jolie et espiègle brune dans Twin Peaks) qui nous montre qu'on ne peut pas être et avoir été.

Wufenn

Le film bascule alors dans sa seconde partie: comment réussir à se sortir de cette malédiction. Car évidement, comme si un mort pour chaque voeu n'était pas suffisant, la réalisation du septième et ultime voeu verra l'âme de Claire définitivement acquise au démon qui habite la boite à musique.

Comment Claire et ses amis s'en sortiront ils? Ca je vous en laisse la surprise, mais je vous parie mon chapeau que si vous avez un peu d'expérience en matière de film d'épouvante, vous saurez aisément le deviner (P.S: je n'ai pas de chapeau).

Alors oui, le film cumule les déjà vus, pourtant, il se laisse regarder tranquillement et agréablement. Bien sûr, il ne révolutionne pas le genre et n'apporte absolument rien de nouveau. Je dirais même qu'il ne fait pas peur, hormis quelques jumpscare prévisibles, toujours disséminés aux mêmes endroits. Mais le film est plutôt sympatique et m'a fait retrouver, pendant quelques instants, la saveur des teen movies de l'époque.

×